Témoignages

J’apporte mon soutien

Notre fille suit la méthode de Dyseurope  depuis maintenant 10 mois et je souhaiterais apporter mon soutien à cette méthode suite à l’article paru dans le figaro, le 20 mars.

En fin de CE1, suite à ses difficultés scolaires, notre fille était diagnostiquée dyslexique. Le problème majeur n’était pas la lecture à proprement dite, mais la compréhension. Elle ne comprenait pas ce qu’elle lisait. A cela s’ajoutait des problèmes d’orthographe (elle écrivait en phonétique), et de grammaire. Malgré 1 heure d’orthophonie par semaine, les progrès étaient nuls, il n’y avait aucune amélioration.
Je suis tombée sur le site de Dyseurope par hasard. Apres une longue conversation téléphonique avec Mme Merlivat  j’ai décidé d’essayer cette méthode, pour 2 raisons :
– J’ai tout de suite senti que Dyseurope connaissait bien les problèmes de ces enfants
– La méthode conventionnelle ne fonctionnait pas (ni la façon d’enseigner à l’école, ni la rééducation orthophonique) et il fallait agir, donc essayer quelque chose de diffèrent.

10 mois plus tard, le progrès sont bien là. Ma fille comprend mieux ce qu’elle lit, son orthographe a énormément progressé, ainsi que la grammaire. Sans oublier son écriture qui devient de plus en plus ronde et jolie.

Cette méthode a beaucoup aidé, et continue d’aider, notre fille.

Il serait temps que l’Éducation Nationale fasse son mea culpa et effectue des changements importants dans sa manière d’enseigner, car cette manière-là ne correspond malheureusement pas au mode d’apprentissage de beaucoup d’élèves.

Chris G (Rhône-Alpes)

lecture
+33 3 62 27 61 84


Vaincre la dyslexie avec les parents